Comment parler de la mort à un enfant pour mieux l’accompagner dans son deuil ?

Il n’est pas souvent facile de parler de la mort à un enfant. Lors de leur plus jeune âge, ce sujet peut leur paraître flou. Leur compréhension de la mort évolue en même temps que progresse leur développement intellectuel. Pour les aider à comprendre le concept de la mort, il est recommandé d’aborder le sujet avant même qu’un décès survienne dans l’entourage. Même si l’on souhaite toujours protéger notre enfant, la vie est faite d’imprévus parfois difficiles à gérer. Les premiers deuils sont souvent marquants pour l’enfant car ils viennent lui prouver que rien n’est éternel. Notre capacité à l’accompagner à travers son deuil, à être présent pour lui et la façon d’aborder le sujet sont donc primordiales et impactera la façon dont il va réagir face aux différents deuils auxquels il sera confronté dans l’avenir. Toutefois, même chez les plus jeunes enfants, il est important de traiter ce sujet et d’en parler ouvertement en répondant à leurs interrogations les plus diverses. 

Expliquer le décès d’un proche et accompagner un enfant dans son deuil s’avère souvent difficile quand nous sommes nous-même impactés par le chagrin. Cependant, nous pouvons parfois oublier que nous ne sommes pas seuls à souffrir. S’il est plus facile de partager sa douleur avec des adultes, il n’en est pas aussi simple avec un enfant. C’est pourquoi nous allons vous indiquer à travers cet article comment parler de la mort à un enfant et ainsi lui permettre de traverser cette épreuve.

Comment annoncer le décès ?

a) À l’avance, lors d’un décès prévisible

Si l’on sait qu’un proche va décéder prochainement, il est bon d’en tenir informé l’enfant en lui proposant non pas de rendre visite à la personne mais plutôt de lui dire au revoir. Si l’enfant refuse de rendre une dernière visite, on peut le questionner sur ses peurs, ses craintes mais il ne faut surtout pas insister. Suite à cela, il est possible de lui proposer une alternative en lui demandant s’il préfère préparer un dessin que vous pourriez apporter lors de votre visite.

b) Quand le décès est survenu

Le premier réflexe dans une telle situation pourrait passer par le fait de vouloir épargner l’enfant en évitant le sujet ou même en lui cachant la vérité. Or, ce n’est pas un bon réflexe. L’exclure ne ferait que créer chez lui un sentiment de solitude et d’incompréhension. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, le fait de savoir et d’assimiler ce qui est réellement arrivé peut apaiser les enfants. Il faut donc rester simple et concis dans ses propos mais toujours leur dire la vérité. Le but de la discussion est de tranquilliser l’enfant sur le fait que le proche ne souffre plus tout en le rassurant que la mort n’est pas contagieuse, par exemple. Ainsi qu’en déculpabilisant l’enfant face à la mort et ne pas lui cacher la tristesse que l’on peut éprouver car il risque de toute manière de la ressentir et de s’en sentir responsable. En dévoilant votre chagrin en sa présence vous lui donnez ainsi accès à vos sentiments et lui montrer qu’il est tout à fait normal d’être triste. 

Lire l’article complet sur neo-funeraire.com